samedi 13 janvier 2007

Le Livre de ma mère, Albert Cohen.

Un livre qui aura certainement le pouvoir de faire regretter d’être demeuré indifférent à toutes les petites attention d’une mère, d’avoir été encombré par ses petites manies qui mettent parfois mal à l’aise devant les amis et d’avoir pris pour acquis sa présence dans notre vie...

« Pleurer sa mère, c’est pleurer son enfance. L’homme veut son enfance, veut la ravoir, et s’il aime davantage sa mère à mesure qu’il avance en âge, c’est parce que sa mère, c’est son enfance. » p.24

Une fois qu’elle n’est plus, c’est un peu oublier les détails qui nous sont chers : sa première dent, ses premiers pas, comment nous étions petits, ce que nous aimions faire avec elle dans notre jeune âge, nous lisait-elle des histoires ? Si je pouvais rectifier la situation, je prendrais le temps de poser les questions, prendre des notes pour plus tard… Les pères de ma génération n’ont, en général, qu’une vague idée de tous ces souvenirs. Une mère, c’est parfois la seule clé pour ouvrir la porte de notre enfance. Malheureusement, je n’ai plus cette clé, mais Cohen m’a permis de refaire un bout de chemin à travers ce dont je me rappelle. Comme lui, je repousse l’idée de fouiller dans le matériel restant ; la boîte où je conserve ses photos, la dernière pantoufle tricotée (une seule, elle n’a pas eu le temps de commencer l’autre…) et quelques objets qu’elle m’avait offerts. Plus de 3 ans que je la conserve intacte pour le jour où je serai assez forte pour l’ouvrir.
J’avais une seule crainte en lisant ce livre, c’était d’être profondément attristée. Je le suis, mais joyeuse en même temps parce que je pense ne pas avoir été aussi pire envers ma mère !

Un très beau livre que j’aurais voulu lire avant qu’il ne soit trop tard… jamais plus…

« Que chaque jour vous lui apportiez une joie, c’est ce que je vous dis du droit de mon regret, gravement du haut de mon deuil. » p.116

5 commentaires:

Carole C. a dit...

Bonjour!
Merci pour ton passage sur mon blog...
Tu m'as donné envie de lire ce livre de Cohen.
J'ai de la chance car pour moi, il n'est pas encore trop tard.
A bientôt!
Carole

JULES a dit...

Bonjour Carole! Il en vaut vraiment la peine. Il fait réfléchir!

florinette a dit...

Comme tu le sais moi aussi j'ai perdu ma mère et j'hésitais à lire ce livre pour les mêmes raisons que toi. Maintenant j'aurais peut-être plus le courage !

JULES a dit...

Florinette: tu ne regretteras pas! C'est triste, mais en même temps tu te rappeleras beaucoup de bons souvenirs et ça fait du bien parfois...

Mircea a dit...

You write very well.