samedi 2 octobre 2010

L'amour est une île, Claudie Gallay

C'est une saison singulière pour Avignon et les amoureux du théâtre : la grève des intermittents paralyse le festival. Un à un les spectacles sont annulés. Les visiteurs déambulent sous un soleil de plomb, à la recherche des rares lieux où joueront quand même quelques comédiens. Comme Mathilde, dite la Jogar : devenue célèbre depuis qu'elle a quitté Avignon, elle est enfin de retour dans cette ville où elle a grandi, et pour un rôle magnifique. L'homme qu'elle a tant aimé, et qui l'a tant aimée, Odon Schnadel, a appris sa présence par la rumeur. Lui-même vit ici en permanence, entre sa péniche sur le fleuve et le petit théâtre qu'il dirige.

Cette année-là, avec sa compagnie, Odon a pris tous les risques. Il met en scène une pièce d'un auteur inconnu, mort dans des circonstances équivoques : un certain Paul Selliès dont la jeune soeur Marie - une écorchée vive - vient elle aussi d'arriver à Avignon, un peu perdue, pleine d'espérances confuses... ou de questions insidieuses.

Car autour de l'oeuvre de Paul Selliès plane un mystère que ces personnages dissimulent ou au contraire effleurent, parfois sans faire exprès, souvent dans la souffrance.

Plongée au coeur des passions, des rêves et des mensonges, des retrouvailles sans lendemain, des bonheurs en forme de souvenirs, des amours que l'on quitte, des îles qu'on laisse derrière soi, le nouveau roman de Claudie Gallay noue et dénoue les silences d'un été lourd de secrets.

Avignon est en plein festival de théâtre et la grève l'empêche de battre son plein. Odon possède le Chien-Fou et sa fille Julie y joue Nuit rouge. La Jogar, elle, ancienne amoureuse d'Odon joue dans un autre théâtre... Marie descend de Versailles pour y voir la pièce que son frère Paul aurait écrite. Cette jeune femme est tenace et menaçante, et c'est elle qui occupe presque tout l'espace dans ce livre. L'histoire d'Odon et de la Jogar est remisée au second plan dans un tango compliqué qu'il danse à deux... mais peut-être sur des musiques différentes! Pourquoi ne sont-ils plus un couple? Pourquoi ne redeviennent-ils pas un couple? L'auteure laisse planer le mystère, mais on s'y accommode bien parce que justement le drame ne se joue pas vraiment de leur côté.

Avec ses chapitres de une, deux ou trois pages, Gallay a une écriture dramatique et assez théâtrale sans vouloir faire des jeux de mots. Rapidement, je me suis retrouvée à me dire encore un avant de refermer. Je n'ai pas lu Les déferlantes qui recueille énormément de bons commentaires et ce n'est pas l'envie de sauter dessus qui manque! Cette écrivaine sait créer des atmosphères et ses descriptions ont un puissant pouvoir d'évocation. Elle a su me transporter ailleurs pendant quelques heures... Pour cette raison, elle est définitivement du côté de ceux qui je relirai.

11 commentaires:

Clara a dit...

Je crois qus c'est le epoint de cette auteure : créer des atmosphères avec son écriture, style et y embarquer le lecteur!

George a dit...

ce n'est pas un roman qui me tente... je ne sais pas trop pourquoi... par contre "les déferlantes" sont au programme pour le mois de janvier !

Jules a dit...

Clara: il y a certaines longueurs, mais on les oublie malgré tout...

George: en lecture commune?

**Fleur** a dit...

J'ai pas vraiment accroché aux "Déferlantes" (je dois être l'une des rares d'ailleurs...) alors je lirai peut être celui-ci par curiosité mais sans plus, en fait je crois que c'est son style auquel je n'adhère pas.

Jules a dit...

Fleur: c'est vrai qu'elle est sèche... elle ne s'étend pas pendant 8 pages pour dire ce qu'elle peut en 2!

Flo a dit...

Je n'ai pas lu "les déferlantes" mais un autre titre qui est "l'or du temps". Mon sentiment était plutôt mitigé. Mais celui là est dans ma liste!

Jules a dit...

Flo: ce sera Les déferlantes qui seront déterminantes pour moi! Si j'aime, je pense aimé le reste...

Karine:) a dit...

J'adore les lectures d'atmosphère... je ne sais pas pourquoi je n'ai pas encore été tentée par cet auteur...

Mireille a dit...

J'avais bien aimé Les Déferlantes même si le style m'avait un peu déroutée au départ. Je note ce titre.

Jules a dit...

Karine: ici, elle entre dans l'univers du théâtre et on fait presque partie de la troupe!

Mireille: j'ai très hâte de voir si le style sera dans le même genre...

BelleSahi a dit...

ans l'or du temps, Seule Venise...de belles lectures écrites par cette auteure ! Lis-les et régale-toi !