mardi 27 février 2007

La fée carabine, Daniel Pennac.

Si les vieilles dames se mettent à buter les jeunots, si les doyens du troisième âge se shootent comme des collégiens, si les commissaires divisionnaires enseignent le vol à la tire à leurs petits-enfants, et si on prétend que tout ça c'est ma faute, moi, je pose la question : où va-t-on ? " Ainsi s'interroge Benjamin Malaussène, bouc émissaire professionnel, payé pour endosser nos erreurs à tous, frère de famille élevant les innombrables enfants de sa mère, coeur extensible abritant chez lui les vieillards les plus drogués de la capitale, amant fidèle, ami infaillible, maître affectueux d'un chien épileptique, Benjamin Malaussène, l'innocence même (" l'innocence m'aime ") et pourtant... pourtant, le coupable idéal pour tous les flics de la capitale.
La vérité, la vérité je vous la dit, j'ai été extrêmement déçue des 90 premières pages! Après avoir lu Au bonheur des ogres et tous les commentaires positifs générés par ma dèrnière critique, je m'attendais à beaucoup plus! Dans ces premiers chapîtres, l'auteur veut positionner tous les personnages (et il y en a plusieurs!), mais le résultat est qu'on s'y perd un peu. Le tout se replace par la suite et on arrive à tenir le rythme, mais ce n'est que vers les trois quarts du livre que tous les indices nous menant à une conclusion plausible nous sont à peu près dévoilés. Plutôt que de nous amener tranquillement vers la sortie, on nous tient dans le noir pendant un bon bout de temps... je n'aime pas! Le sujet m'a plus ou moins mise mal à l'aise; des petits vieux qui se droguent... Bof! Malaussène fait parler de lui plus qu'il agît... Un prétexte pour l'histoire, un bouc émissaire dans le rôle d'un bouc émisssaire: "Ça veut dire que vous attirez sur vous tous les emmerdements du monde, comme l'aimant, ça veut dire que dans cette ville, des tas de personnes que vous ne connaissez même pas doivent en ce moment vous tenir pour responsable de tas de choses que vous n'avez pas faites, et, d'une certaine façon vous en êtes bel et bien le responsable, pour la seule raison que ces personnes ont besoin d'un responsable!"(p.217-218).
En conclusion, je dirais que j'ai aimé en partie et que j'ai une légère envie de lire la suite (La petite marchande de prose), mais je prends une pause pour peut-être plus apprécier le suivant!

8 commentaires:

Leeloo a dit...

Personnellement j'ai adoré ce livre. Je pense même que c'est mon préféré de la série, même si j'ai bien du mal à me décider. J'ai particulièrement aimé le tout début du livre: le premier chapitre que je trouve tout simplement grandiose dans son style.

JULES a dit...

Leeloo: les goûts sont subjectifs, en voilà un bel exemple! ;p

thom a dit...

Je l'ai lu quand j'avais dans les 12 ans, et à l'époque j'avais adoré...Maintenant évidemment ça me touche beaucoup moins, mais quand on est jeune je crois que c'est le genre de livre qui donne envie d'en lire d'autres...

laconteuse a dit...

D'après le résumé, il a l'air marrant ce petit livre... a voir dans les prochaines lectures peut-être :)

Anonyme a dit...

J'ai lu ce livre à + de 55 ans et j'ai adoré. Je conseille ce roman pour reprendre un coup de "jeune", il est simplement rafraichissant.

Anonyme a dit...

j'ai 15 ans je lis ce livre pour le moment pour l'ecole , je suis a la page 60 et je comprend que dale !!!!!

Anonyme a dit...

J' ai 15 ans et j' adore lire mais la je dois dire que ce livre est à chier. Notre prof la lue 6 fois et on l' aura au examens donc je cherche une énorme bibliographie sur la fée carabine mais je trouve rien rien du tout.

Anonyme a dit...

Alexander McQueen BootsAlexander McQueen Boots
Jimmy Choo black embossed leather and lace 'Follow' booties
YVES Saint Laurent Y Platform Tall Boots
christian louboutin Leopard Print Lace Up Bootie |christian louboutin Leopard Print Lace Up Bootie
Christian Louboutin FIFRE 120 VELOURS BOOTIES |Christian Louboutin FIFRE 120 VELOURS BOOTIES
christian louboutin Flannel Espadrille Bootie |christian louboutin Flannel Espadrille Bootie