dimanche 29 octobre 2006

En lecture aujourd'hui


L'Étranger, Albert Camus.

Depuis le début, je me suis demandé à quoi rimait le titre "L'Étranger". Je vous le dis tout de suite, mon but n'est pas de faire de cette lecture une analyse exhaustive de Camus. Trop de gens spécialisés en la matière l'ont fait et de toute façon je ne saurais par où commencer! Ce que ce raconte ce livre de 5 châpitres est banal, mais à la fois enrageant. Comment un homme peut passer sa vie seul à vivoter dans le quotidien jusqu'à la fin quoiqu'il puisse arriver? Le décès d'une mère, un voisin qui frappe un chien, un autre qui frappe une femme, une femme qui vous aime et que vous êtes prêt à marier sans l'aimer, etc. Il est témoin de sa vie, il constate ce qui se passe autour de lui sans jamais y participer avec conviction. Même privé de sa liberté et condamné à mourir, il sera spectateur de sa vie. Il dira lors de son procès: "En quelque sorte, on avait l'air de traiter cette affaire en dehors de moi" (p.98). Je dis que c'est enrageant, parce qu'on a envie de lui dire de crier, de bouger, de se battre, mais il n'en fera rien. Pour lui tout est pensé, mais rien n'est agît... Il n'aura qu'un léger regret dans la dernière page en pensant à sa mère et à sa sollitude. Personnellement, j'aurais intitulé ce livre L'Étrange.

3 commentaires:

Amélie a dit...

J'ai essayé 3-4 fois de lire ce livre. Mais je n'arrive pas à dépasser les 10 premières pages, pourtant ce n'est pas mon style de m'arrêter comme ça. Vraiment je n'arrive pas à entrer dedans. C'est un grand classique, il faudra bien que je me force un jour à le lire, mais ça ne me fait pas du tout envie !

JULES a dit...

Disons qu'on ne comprend pas tous l'intérêt voué à ce livre...

René Lenoir a dit...

J'ai tellement aimé ce livre quand j'étais adolescent que je n'ose pas le relire de peur que ma lecture d'aujourd'hui ne corresponde pas à mon souvenir.