mardi 13 février 2007

Le Château à Noé T.2: La chapelle du Diable 1925-1943, Anne Tremblay.

Voilà le deuxième tome tant attendu de la série Le château à Noé écrite par Anne Tremblay. Malgré la mort de son père, François-Xavier Rousseau coule des jours paisibles avec Julianna. Mais le bonheur ne durera pas. Bientôt, les barrages construits sur le bord du lac Saint-Jean provoquent la catastrophe. Des villages sont inondés, des terres entières sont noyées, des dizaines de cultivateurs se retrouvent ruinés. François-Xavier et Ti-Georges ne sont pas épargnés. Durant ces années difficiles, chacun cherche un peu d'espoir à travers un avenir qui semble trop sombre. Les cultivateurs lésés tenteront d'obtenir justice, mais le combat sera rude. La famille Rousseau vit bien des hauts et des bas, allant de l'espérance à la déception. Des drames se produiront et des secrets se dévoileront. Une importante page d'histoire se dévoile sous nos yeux. On assiste à des événements qui ont marqué notre société, de la crise économique en passant par l'avènement au pouvoir de l'Union Nationale de Duplessis jusqu'à la mort du célèbre frère André. Comment les personnages feront-ils leur place au milieu de toutes ces péripéties? Que restera-t-il de ce que François-Xavier a bâti? Ernest, son père, n'est plus là pour l'aider. Sa maison, sa fromagerie, son pays et son lac représentent maintenant sa stabilité. Il s'est construit une famille et des repères. Les perdra-t-il?

Plus riches en événements, beaucoup d’accouchements, de décès, de tristesse, de joie, de luttes quotidiennes côté monétaire, amour et de survie… Pourtant, la motivation n’était pas la même qu’au premier tome. Trop de redondance pour moi. Malgré le fait que je sache très bien que les familles d’antan comptaient plusieurs enfants, j’en ai eu assez de toute cette reproduction à la chaîne : Julianna, Marguerite et Rollande. Les personnages sont trop confinés dans les mêmes tourments et problèmes, j’aurais aimé les voir expérimenter autre chose. Un François-Xavier heureux en ville, une Julianna infidèle, pour ne citer qu’eux et ne donner que quelques idées... Mise à part Léonie et Jean-Marie, le destin des autres personnages semble prévisible… Pour tout le côté politique et économique, je m’abstiens. Le sujet est survolé et comme je ne suis pas très connaissante de cette portion de l’histoire, vaut mieux pas.

Bref, je n’ai pas le même désir de connaître la suite qu’après avoir lu « La colère du Lac ».

2 commentaires:

Allie a dit...

Dommage...
Il m'avait bien plu celui là aussi... J'ai hâte de connaître la suite.

JULES a dit...

À vrai dire, je pense que c'est la fin qui est venue bousiller tout le reste... j'avais tellement d'espoir pour Jean-Marie!