dimanche 21 décembre 2008

La nuit de l'oracle, Paul Auster.

Après un long séjour à l'hôpital, l'écrivain Sidney Orr reprend goût à la vie. Mais il est accablé par l'ampleur de ses dettes et par l'angoisse de ne pas retrouver l'inspiration. Un matin, il découvre une nouvelle papeterie au charme irrésistible. Il entre, attiré par un étrange carnet bleu. Le soir même, dans un état second, Sidney commence à écrire dans ce carnet une captivante histoire qui dépasse vite ses espérances. Sans qu'il devine où elle va le conduire, ni que le réel lui réserve les plus dangereuses surprises... Virtuosité, puissance narrative, défi réciproque de l'improvisation et de la maîtrise : La Nuit de l'oracle précipite le lecteur au coeur des obsessions austériennes, dans un face à face entre fiction et destin. Comme si l'imaginaire n'était rien d'autre que le déroulement du temps avant la mort. Ou pire encore, son origine.

Finalement, je pense que consommer trop d'Auster dans une courte période m'anène à ne voir que le négatif dans l'oeuvre! Des écrivains errants dans la ville, dans les "dinners" ou les bars, quelques situations sans issues, plusieurs pistes menant à des intrigues liliputiennes, des problèmes d'argent résolus miraculeusement, des relations amoureuses légèrement complexes et quelques bourbons à eux seuls résument assez bien le travail de l'auteur. Je ne dis pas que c'est mauvais, loin de là! Mais la redondance des sujets dans un court lapse de temps ne me permet plus d'apprécier le roman en tant qu'individu indépendant parmi les autres. C'est mon erreur, j'en conviens et c'est pour cette raison que je ne peux me résoudre à terminer mon défi Auster en décembre. Le voyage d'Anna Blume et Dans le Scriptrium sont au menu et par crainte d'une indigestion, je pense bien avaler autre chose avant...

13 commentaires:

Karine :) a dit...

C'Est toujours le risque quand on lit plusieurs livres du même auteur de suite. En espérant que tes prochaines Auster-lectures soient plus agréables!

Jules a dit...

Karine: merci d'être passée, je n'ai pas beaucoup de visiteurs en ce moment!! ;)

réjean a dit...

C'est comme le chocolat : on finit par s'écoeurer quand on en mange trop. Ce serait dommage que vous fassiez une indigestion d'Auster pendant le temps des fêtes. Gardez de la place pour la dinde.

Joyeuses fêtes !

Jules a dit...

Réjean: Pas de dinde cette année! Nous avons opté pour du canard!! Joyeuses Fêtes à vous aussi!

Grominou a dit...

C'est vrai que certains thèmes reviennent d'un livre à l'autre... Des fois c'est mieux de faire une pause pour éviter l'indigestion!

Grominou a dit...

PS pour Réjean: s'écoeurer du chocolat? Impossible!
;-)

Jules a dit...

Grominou: je te confirme, je suis officiellement en pause!!

Aifelle a dit...

Cà m'a paru téméraire de se lancer comme çà dans une série du même auteur, le risque de saturation est grand ! il n'y a plus qu'à laisser reposer un moment. Bonnes fêtes de fin d'année.

Praline a dit...

L'indigestion, ça arrive ! Mais une fois les fêtes passées, quel plaisir de retrouver un petit plaisir dans des quantités raisonnables.

Jules a dit...

Aifelle et Praline: de Joyeuses Fêtes à vous deux! Promis, je ne touche pas à Paul avant quelques jours!!

Nina a dit...

Moi je le lis par petites touches donc je le trouve "Génial" mais peut-être que le lire comme toi montre les défauts de l'oeuvre.....

Leiloona a dit...

Je pense qu'Auster ne doit se lire qu'à petites doses tant son œuvre est riche. J'avais bien aimé lire "La Nuit de l'oracle", mais je n'ai pas lu autant d'Auster que toi.

snoukys a dit...

en passant par hasard, j'apporte ma pierre à l'édifice. J'ai lu Paul Auster par petites doses ( raisonnable que je suis ) et c'est bien celui que j'ai le moins aimé....