samedi 8 mars 2008

Je te retrouverai, John Irving.

Seuls depuis la fuite de William, un organiste qui collectionne les conquêtes féminines et les tatouages, Alice et son fils partent pour l'Amérique. L'enfant grandit entre filles à matelots, chastes institutrices et imprésarios douteux. A vingt ans, Jack Burns brille au firmament de Hollywood et collectionne les femmes. Pour autant, rien ne remplace jamais le regard d'un père...


"À cette époque, le tatouage constituait encore un souvenir, la marque d'une étape dans le voyage de la vie; le grand amour, le chagrin d'amour, le port d'attache. Sur l'album des photos du corps, il n'était pas nécessaire que les tatouages soient de bons clichés; ils pouvaient même être assez mauvais sur le plan artitisque, esthétique, mais ils n'étaient pas laids non plus, du moins pas à dessein. Les tatouages d'antan avaient toujours une valeur sentimentale; on ne se marquait pas pour la vie quand on n'était pas sentimental." (p.95-96)



Une citation qui prend tout son sens dans les dernières pages seulement. John Irving est un grand conteur (1003 page!) qui a fait ses preuves: L'Oeuvre de Dieu, la Part du Diable, Une prière pour Owen, Une veuve de papier, etc. Il est persuassif, il trimbale notre compassion d'un personnage à l'autre et la transition se fait naturellement à notre grande surprise! Il est obsessionnel, ses personnages le sont aussi et parfois leurs obsessions nous agaçent, mais n'est-ce pas le but du jeu?

À son honneur, je dirais que c'est un roman instructif sur plusieurs sujets: les tatouges, la lutte, les pays nordiques de l'Europe, l'orgue, la musique, le cinéma, la psychologie et j'en oublie certainement... Et puis, quand on a envie d'avoir le personnage principal (Jack) devant soi pour le prendre dans ses bras, je pense que l'auteur a un peu gagné son pari!

À son malheur, je dirais que certains passages nous enragent par leur lenteur à nous révéler ce qui se passe et pour quelqu'un d'impatient comme moi, balancer le livre au bout de mes bras est une idée qui m'est passée par la tête plus d'une fois.

Donc, un roman inoubliable? Oui! Son meilleur? Je ne sais pas encore, mais ce livre m'a donné envie de relire cet auteur américain (habitant le Canada à l'occasion! Merci Karine de m'avoir réveillée sur ce coup!) que j'ai découvert à l'adolescence.

12 commentaires:

Karine a dit...

Bon... je vais me coucher moins niaiseuse à soir... j'étais certaine que Irving était américain! Je n'ai pas lu celui-ci mais je le ferai certainement. J'ai beaucoup aimé ce que j'ai lu d'Irving, surtout "Une prière pour Owen".

JULES a dit...

Karine: je suis dans le champs! Il est tellement présent sur la scène littéraire canadienne que j'ai pensé qu'il était canadien! Merci pour l'info! Il est né au New Hampshire, mais il habite Toronto à l'occasion... Bon, je voudrais bien habiter Cuba ou la République à l'occasion (maintenant!)... Richesse, richesse où es-tu?

Grominou a dit...

****Attention SPOILER!!!****
Quant à moi j'ai été ambivalente tout au long. Certains passages sont très amusants ou touchants, on reconnaît bien là John Irving, mais les abus sexuels traités de façon presque légère m'ont dérangée... Les passages sur le tatouage étaient trop long à mon goût. Par contre le renversement de situation à la fin, chapeau! Dans l'ensemble, un bon roman, mais loin d'être le meilleur Irving!

Frisette a dit...

Merci de ma rappeler qu'il faudrait bien que je lise le titre que j'ai dans ma PAL, d'autant plus que je ne sais pas ce qui me retient étant donné que j'ai toujours apprécié ce que j'ai lu de cet auteur.

JULES a dit...

Grominou: C'est vrai que le livre change de direction au milieu! Moi, ce qui m'a dérangé c'est "l'objet" qui est souvent tenu dans une main!! ;)

Frisette: cet auteur n'est pas toujours égal selon moi... je n'ai jamais réussi à terminer Une prière pour Owen pourtant j'ai adoré plusieurs de ses livres!

Grominou a dit...

C'est fou, Une Prière pour Owen est mon favori d'Irving, et un de mes livres préférés tous genres confondus! Comme quoi, des goûts et des couleurs...

Ah oui, cet «objet»... Moi aussi c'est le genre de trucs qui m'ont agacées dans ce roman.

saab a dit...

je suis une fan de John Irving, je possède pas mal de ses livres mais je n'ai les ai pas encore tous lus et celui-là me tente bien !

Kathel a dit...

Les pays nordiques, la musique, le cinéma... Je note ! Et aussi parce que ça fait longtemps que je n'ai pas lu de roman de John Irving.

Anne a dit...

J'ai beaucoup, beaucoup aimé "L'oeuvre de Dieu..."J'ai dans ma PAL "Une veuve de papier", mais j'ai toujours du mal à me décider avant d'entamer un pavé.

Mme patch a dit...

Vivement que je le lise celui-là...;o))

Katell a dit...

J'hésitais au sujet de ce titre. A te lire, je pense que je me laisserai tenter rapidement.

Joelle a dit...

Cela fait des années que je n'ai plus lu de livre de cet auteur, que j'aime pourtant bien. Mais cela ne m'empêche pas de noter tous les titres de ses romans au fur et à mesure de leurs sorties !