dimanche 4 décembre 2011

Irma Voth, Miriam Toews.

Fuyant le monde moderne, une petite communauté mennonite s’est installée, il y a plus d’un siècle, au nord du Mexique, en plein désert.

Est-il vraiment possible de vivre protégé du bruit et de la fureur, dans ce coin de pays où la lumière est si violente et qui est le théâtre des plus sombres trafics? Surtout quand débarque de la capitale une équipe de cinéma venue construire un projet artistique d’avant-garde à partir du silence qui baigne la vie de ces gens paisibles – en apparence.

Pour la jeune Irma Voth, âgée de dix-neuf ans, c’est l’occasion tant attendue de larguer les amarres. Mais le monde extérieur regorge également d’énigmes et de barrières apparemment infranchissables. Et, surtout, il s’avère qu’Irma n’est pas la seule à vouloir quitter le troupeau des enfants de Menno.

Renouant avec le ton de son premier roman, Drôle de tendresse, qui lui a valu une renommée internationale, Miriam Toews confirme ici son exceptionnel talent de conteuse, mêlant à un degré inouï le comique et le tragique. Il n’y a pas une phrase de cet extraordinaire road novel qui ne vienne nous nouer la gorge ou nous faire éclater de rire

Irma et Jorge se sont mariés trop jeune. Elle est d'origine allemande et lui mexicaine. Elle est ménnonite, il est libre... Forcés d'habiter près de la ferme familiale et d'y travailler gratuitement, la situation tourne facilement au vignaire et Jorge n'y reste pas très longtemps! Lorsqu'une équipe de tournage s'installe à côté de chez elle, Irma y voit l'occasion de tranformer le monotone de sa vie en expérience unique. Puisqu'elle est déjà en froid avec son père dictateur pour avoir marié un non-mennonite, elle ne perd rien à essayer même si elle est consciente de donner le mauvais exemple à sa jeune soeur Aggie.

J'aime les personnages féminins de cette écrivaine canadienne.  Elles ont des dicours particuliers et comme dans les Troutman volants, ses personnages en fuite sont tout simplement fabuleux. Ici, ce sont Irma et Aggie qui sont forcées de fuir et je vous laisse la surprise de découvrir qui s'ajoutera à leur périple.  L'une est naïve et l'autre devient responsable, puisque les liens du sang obligent.  Je ne vous cacherai que je me suis un peu ennuyée au centre du roman, mais Toews qui emprunte de longues routes sombres a aussi le don de vous ramener au pas en quelques phrases plus douces et touchantes.  L'amour fraternelle, l'humour, la prise de conscience de soi et du monde sont des thèmes souvent exploités par Toews et c'est ce qui me donne le goût de lire Drôle de tendresse paru en 2009 chez Boréal Compact.  Le thème mennonite y est aussi présent, mais je crois que l'auteure ayant elle-même fait partie de cette communauté, aime beaucoup parler de ce sujet un peu tabou...   

Merci aux Éditions Boréal et à Babelio pour cet envoi.

4 commentaires:

Suzan a dit...

J'ai beaucoup aimé Les Troutman volants alors je vais sûrement lire celui-ci.

Joelle a dit...

J'aime bien l'idée de départ de l'histoire et puis, je ne connais pas du tout cette auteure ! Je note mais je crains d'avoir du mal à le trouver ici (quoi que ma biblio commande de temps en temps des livres au Québec ... sous la pression des usagers de la biblio ! mdr !)

Jules a dit...

Suzanne: j'ai mis Drôle de tendresse en priorité sur ma liste d'achats!

Joelle: c'est cela il faut mettre de la pression!!! ah si nous étions proches, je te ferais des prêts en tonne de copies! :)

n-talo a dit...

qu'est-ce que c'est beau ce fond aquarelle ... j'en oublie le fond ! des bises, je pars lire