vendredi 26 décembre 2008

J'abandonne en double...

Dans la ville des veuves intrépides, James Canon.

Depuis ce jour où les guérilleros ont débarqué et réquisitionné tous les hommes de la ville, Mariquita tombe en ruine. Seules, livrées à elles-mêmes, les femmes ne savent plus à quel saint se vouer.

Qu'à cela ne tienne. De ménagères soumises, d'épouses dociles, les femmes vont se transformer en leaders politiques de choc, instigatrices flamboyantes d'un nouvel ordre social.

Ainsi, les très moustachues soeurs Morales décident de remédier à leur condition de célibataires frustrées en créant un bordel ambulant ; Francisca, la veuve d'un grippe-sou notoire, mène la grande vie après avoir découvert le magot de son mari.
Et surtout, la ville de Mariquita peut compter sur la tenace Rosalba, la veuve du brigadier, auto-proclamée maire, et sur padre Rafael, seul rescapé de la gent masculine, qui n'hésite pas à se porter volontaire pour assurer la procréation de la nouvelle génération...

J'abandonne à la page 220, ce n'est pas rien. Me forcer pour lire, parce que je ne sens pas l'appel de l'écriture me signale que je dois passer à autre chose. Je trouve certains passages vulgaires, crus et sans intérêt!

The Gargoyle, Andrew Davidson.

An extraordinary debut novel of love that survives the fires of hell and transcends the boundaries of time

The narrator of The Gargoyle is a very contemporary cynic, physically beautiful and sexually adept, who dwells in the moral vacuum that is modern life. As the book opens, he is driving along a dark road when he is distracted by what seems to be a flight of arrows. He crashes into a ravine and suffers horrible burns over much of his body. As he recovers in a burn ward, undergoing the tortures of the damned, he awaits the day when he can leave the hospital and commit carefully planned suicide—for he is now a monster in appearance as well as in soul.

A beautiful and compelling, but clearly unhinged, sculptress of gargoyles by the name of Marianne Engel appears at the foot of his bed and insists that they were once lovers in medieval Germany. In her telling, he was a badly injured mercenary and she was a nun and scribe in the famed monastery of Engelthal who nursed him back to health. As she spins their tale in Scheherazade fashion and relates equally mesmerizing stories of deathless love in Japan, Iceland, Italy, and England, he finds himself drawn back to life—and, finally, in love. He is released into Marianne's care and takes up residence in her huge stone house. But all is not well. For one thing, the pull of his past sins becomes ever more powerful as the morphine he is prescribed becomes ever more addictive. For another, Marianne receives word from God that she has only twenty-seven sculptures left to complete—and her time on earth will be finished.

Already an international literary sensation, the Gargoyle is anInferno for our time. It will have you believing in the impossible.


Dans ce cas-ci, j'abandonne à la page 74 et je sens que je perds la chance de lire quelque chose de bon, mais le fantastique et moi ne faisons pas bon ménage... Je soupire à chaque fois qu'on me présente l'histoire sous cet angle. Mauvais signe encore une fois! Karine a beaucoup aimé!

10 commentaires:

n-talo a dit...

oh zut, j'ai offert le premier parce que je croyais que tu le recommandais !?? bon je dirai que je savais pas

Karine :) a dit...

Moi qui ai tellement aimé The Gargoyle! Mais bon, il en faut pour tous les goûts!!

Aifelle a dit...

Comme dit Karine, il en faut pour tous les goûts, mais çà ne sert à rien de continuer quand on reste hermétique au style et à l'histoire.

cathulu a dit...

J'ai vu le premier à la médiathèque et il me tentait mais bon, je crois que je vais passer malgré un titre accrocheur.

Stéphanie a dit...

aaahh j'ai le premier dans ma pal
par contre, le second me fait toujours autant envie

Anjelica a dit...

Cela arrive quelquefois et je crois que c'est mieux de passer que de se forcer.

Je suis comme toi, le surnaturel et moi cela fait deux !

Jules a dit...

N-Talo: cet auteur a gagné des prix, ne sait-on jamais...

Karine et Aifelle: je vais peut-être réessayer à sa sortie en français...

Cathulu: tout dépend des goûts, l'idée est originale, mais je trouve qu'il étire trop!

Stéphanie: tu es une lectrice plus aventureuse que moi, il y a des chances que les deux te plaisent!

Anjelica: c'est plus fantastique, les gargoyles, etc. Mais je pense que les lions nous sommes plus terre à terre!! :) ahahah

Grominou a dit...

Le premier est sur ma LAL, maintenant tu me fais hésiter...

La liseuse a dit...

J'ai noté la gargouille chez Karine. vu que j'apprécie le fantastique, je devrai l'aimer celui-ci, enfin espérons !

Jules a dit...

Grominou: dans ces cas je n'achète pas, mais je teste la marchandise de la bibli!!

La liseuse: la gargouille!! :) ça devrait te plaire...