vendredi 26 mars 2010

Brigitte des Colères, Jérôme Lafond.

Brigitte, reine des Basses-Laurentides, vit dans un sous-sol à Sainte-Scholastique et rêve tous les soirs, couchée dans son lit capitaine. Brigitte n’est pas une fille comme les autres. Un peu pyromane, très entêtée, elle signe ses examens du nom de Ted Bundy. Elle a de grandes ambitions qui la mèneront loin du matériel agricole, de la chambre à lait et de l’internat. Avec sa copine Karine, elle coproduit un film d’horreur pour son cours Cinéma et société, intitulé Morphosis, et elle rêve d’être une vedette. Les avions atterrissent à Mirabel, alors qu’elle est témoin de plusieurs drames familiaux et qu’elle rencontre un prince charmant qui roule en Volkswagen Rabbit rouillée. Brigitte des colères nous parle du sentiment d’immortalité qui germe chez tous les adolescents et qui meurt rapidement lorsqu’on devient adulte. Un premier roman anti-arcadien qui nous fait comprendre que les champs de maïs mirabellois peuvent réveiller l’imaginaire. Brigitte des colères est un roman dionysien sur l’adolescence.

J'ignore totalement comment ceci s'est produit, mais j'ai lu ce roman en totalité dans la journée d'hier seulement!!! Soit bébé a été très sage, soit cette ado m'a complétement embarquée dans son délire... Cette chère Brigitte est très intense, dans le genre de personne qu'on préfère tenir à distance. Elle a bon coeur pour les chats errants, son amie Karine, et à la limite, pour son ami Antoine, point à la ligne. Lorsqu'elle s'ennuie à la cafétéria de l'école, elle s'invente des scénarios heavy pour chacun des gens qu'elle y croise... Elle s'amuse à faire fuir les profs avec ses questions et ses commentaires surprenants... Elle se décrit elle-même comme un poème-révolte, un système parallèle ou encore un kibboutz de haine. Bref, elle est une bombe à retardement qui peut exploser n'importe quand et n'importe où! Sympa, non? C'est clair que le personnage est un peu exagéré, mais en même temps je l'ai trouvé très poétique et différent. En pleine lecture, je n'ai pu m'empêcher d'imaginer l'auteur avec des petites cornes sur les bancs d'école et de penser qu'il a certainement fait fâcher quelques professeurs. Il ne peut avoir été un ange et avoir écrit cela??? En tout cas, il a l'imagination fertile, c'est une belle découverte. La fin est big (trop peut-être?), mais ça ne peut être que l'aboutissement de cette Colères!

Objectif PAL #50

8 commentaires:

Karine:) a dit...

Je ne sais pas si ça me plairait... les adolescents trop enragés, j'ai parfois un peu de mal dans les livres... mais s'il y a de l'imagination et un côté déjanté... why not!

Jules a dit...

Karine: DÉJANTÉ, c'est le bon terme!

Venise a dit...

Je vais le lire, je l'ai ! Un livre qui avait l'air attrayant et ça se confirme.

Quand on arrive à le lire d'un trait avec petit bébé dans les parages, ça dit tout. (n'empêche que je commence à croire que tu lis vraiment très vite).

Jules a dit...

Venise: il est très court et se lit très bien! Papy est venu faire un tour et s'est bien occupé de son petit chouchou!

Mélopée a dit...

Tiens, il a l'air loufoque et intrigant au possible ce livre. Hum, à voir si moi aussi je me laisserais embarquer de la sorte !

Leiloona a dit...

Un roman en une journée ? Wahouuu je suis admirative ! ;)

Kim a dit...

J'ose entrer dans vos discussions sur le bout des pieds. J'ai eu ce livre en cadeau dernièrement et je l'ai dévorée.

Ma soeur qui habite Grenoble m'informe que des auteurs du Québec sont sélectionnés pour un gros festival du premier roman à Chambéry, je crois. Avez-vous des informations sur ce festival?

Vos chroniques sont toujours intéressantes.
Merci,

Kim

Phil a dit...

Celui-là m'attend dans ma pile, je devrais le lire prochainement.