dimanche 7 septembre 2008

Amours nomades, Isabelle Eberhardt.

«Tous les matins, à l'heure où le soleil se levait, je venais m'asseoir sous le porche de la zaouïa Sidi Abd er Rahman, à Alger. J'ai ressenti là, à l'ombre antique de cette mosquée sainte de l'islam, des émotions ineffables au son de la voix haute et forte de l'imam psalmodiant ces vieilles paroles de la foi musulmane en cette belle langue arabe, sonore et virile, musicale et puissante comme le vent du désert où elle est née...»

"Un homme accroupi à terre, la tête renversée, les yeux clos, comme en rêve, chanta une cantilène ancienne où le mot amour alternait avec le mot mort..." (p.118)

Cette citation est à l'image de la totalité du livre. On y est bercé par le romantisme des grands récits de voyage du début du 20ième siècle en terre étrangère et la culture arabe des pays du nord de l'Afrique. Amours, sons et couleurs s'entremêlent dans ces nouvelles passionnées aux fins dramatiques à coup sûr... À lire aussi pour la courte biographie de cette auteure autodidacte et téméraire!

5 commentaires:

Mrs Pillsbury a dit...

Quelle belle image que celles de ces mains tatouées au henné. Tu sais comme j'aime ça !

JULES a dit...

Mrs.Pills: c'est pour la couverture que j'ai acheté le livre!!

Karine a dit...

Je ne sais pas si je me laisserai tenter mais comme mrs Pillsbury, j'adore la couverture.

Brize a dit...

Je vais confesser mon ignorance : je connaissais Isabelle Eberhardt grande voyageuse... mais j'ignorais totalement qu'elle était aussi écrivain !
C'est grâce à toi, Jules, que je le découvre, ce dont je te remercie !

JULES a dit...

Karine: c'est très court et très romantique, mais pas dans le style Harlequin...

Brize: à 2 euros pourquoi pas l'essayer? Elle a été publiée après sa mort seulement. (mise à part quelques nouvelles dans les journaux)