dimanche 26 août 2007

Malacarne, Giosuè Calaciura.

Matacarne est un roman sur la mafia qui ne ressemble à aucun livre sur la mafia : c'est le monologue incantatoire d'un petit truand, une fantasmagorie sanglante où bourreaux et victimes se poursuivent inlassablement face à un juge muet et pourtant lui aussi acteur de cette danse macabre dont Palerme est le décor transfiguré. Glaçante, effroyable, l'histoire de la mafia et de ses Luttes fratricides est retracée ici, mais l'écriture de Giosuè Calaciura ne cherche pas la minutie du compte rendu journalistique, elle brasse au contraire te réel et l'imaginaire, le sordide et le grandiose dans une langue poétique aux accents d'un baroque moderne.


Sous-entendus, paraboles et phrases complexes très imagées. Pour les esprits forts qui aiment analyser un texte plutôt qu'être divertis... Pour ma part, j'abandonne à la page 32. J'ai perdu mon sang-froid...

1 commentaire:

Naniela a dit...

La couverture me fait peur...brrrr