lundi 29 septembre 2008

Millenium III: La reine dans le palais des courants d'air, Stieg Larsson.

Que les lecteurs des deux premiers tomes de la trilogie Millénium ne lisent pas les lignes qui suivent s'ils préfèrent découvrir par eux-mêmes ce troisième volume d'une série rapidement devenue culte. Le lecteur du deuxième tome l'espérait, son rêve est exaucé : Lisbeth n'est pas morte. Ce n'est cependant pas une raison pour crier victoire : Lisbeth, très mal en point, va rester coincée des semaines à l'hôpital, dans l'incapacité physique de bouger et d'agir. Coincée, elle l'est d'autant plus que pèsent sur elle diverses accusations qui la font placer en isolement par la police. Un ennui de taille : son père, qui la hait et qu'elle a frappé à coups de hache, se trouve dans le même hôpital, un peu en meilleur état qu'elle... Il n'existe, par ailleurs, aucune raison pour que cessent les activités souterraines de quelques renégats de la Säpo, la police de sûreté. Pour rester cachés, ces gens de l'ombre auront sans doute intérêt à éliminer ceux qui les gênent ou qui savent. Côté forces du bien. on peut compter sur Mikael blomkvist, qui, d'une part, aime beaucoup Lisbeth mais ne peut pas la rencontrer, et, d'autre part, commence à concocter un beau scoop sur des secrets d'Etat qui pourraient, par la même occasion, blanchir à jamais Lisbeth. Mikael peut certainement compter sur l'aide d'Armanskij, reste à savoir s'il peut encore faire confiance à Erika Berger, passée maintenant rédactrice en chef d'une publication concurrente.

Des trois tomes, c'est celui que j'ai le moins aimé! Parce que c'est le dernier et que je n'ai pas très envie de quitter Lisbeth, Erika et Mikael après quelques 2000 pages lues? Oui, c'est une bonne raison. Mais ce n'est pas la seule. J'ai trouvé que les enquêtes policières s'étiraient en longueur et que le "timing" toujours parfait avait quelque chose d'un peu irréel. Mais, mais, mais, cette série, malgré quelques petits défauts, restera un de mes meilleurs souvenirs côté lecture et elle m'aura donné la fameuse piqûre du polar léger. Je ne serai pas la première en ligne à la librairie pour me procurer le dernier Mo Hayder, mais j'ai déjà repéré quelques livres du genre à ajouter dans ma PAL!

Voilà, j'ai terminé cette série. Elle trônait sur le dernier étage de ma bibliothèque depuis ce printemps. Je l'ai touchée, admirée, pesée et j'ai attendu la convalescence afin de pouvoir la lire à souhait, sans devoir m'arrêter... Maintenant, j'ai le même sentiment qu'après être revenue d'un voyage dans le Sud dont j'ai tant rêvé, je me demande ce qui pourra égaler tout ça après et je suis presque déçue d'être passée par là...

8 commentaires:

maijo a dit...

On a du mal à les quitter, c'est vrai. Personnellement, je crois que mon passage préféré est la déposition du psychiatre dans le procès. J'ai crié, ri, fermé les poings, bref, un grand moment pour moi.

Karine :) a dit...

C'est vrai que c'est difficile de les quitter! Comme Maijo, la déposition du psy dans le procès m'a vraiment plu!! Dans ce tome, un peu de longueurs au début mais tout de suite après que **(bon, je ne spoilerai pas)j'ai autant aimé!

JULES a dit...

Maijoet Karine: c'est vrai que le procès est un moment des plus drôles du livre!! Le pauvre... :P

Virge a dit...

Je l'ai reçu hier, enfin! J'ai hâte de la commencer. Je t'en reparle!

JULES a dit...

Virge: Hey! On va te perdre pour quelque temps!!

sylire a dit...

Je n'aurai sans doute pas ce sentiment car la lecture des trois tomes va s'étaler pour moi dans le temps

JULES a dit...

Sylire: j'ai essayé de faire ça, mais je n'ai pas été capable d'attendre!

n-talo a dit...

heureusement qu'il y a des compensations à être malade ... tiens tiens, je vais me faire porter pâle ! bonne idée ! :°)
j'espère du fond du coeur que tu es bien rétablie et que dorénavant tu peux gouter de tout sans peur