dimanche 10 février 2008

Une passion indienne, Javier Moro.

En 1908, une jeune Andalouse éblouissante de beauté, Anita Delgado, épouse le maharadjah de Kapurthala, Jagatjit Singh, un homme amoureux des femmes, et adulé par elles. En 1925, elle quitte l’Inde, séparée de son époux. Entre ces deux dates elle a vécu vingt ans d’une passion tumultueuse, orageuse, incandescente sous l’œil de la presse internationale. Le coup de foudre du maharadjah pour la danseuse a lieu dans un cabaret madrilène ; au terme d’une cour sans répit, il l’emmène à Paris et devient son Pygmalion ; le mariage se déroule en Inde ; bientôt Anita apprend qu’elle est « la cinquième épouse », c’est la plus terrible déception de sa vie ; enfin, le scandale : la maharani tombe amoureuse du beau-fils du maharadjah. Phèdre en Inde !, titre un journal français… Au-delà du conte de fées, Javier Moro livre un extraordinaire témoignage sur les dernières heures des maharadjahs. Il s’est attaché à faire ressurgir la saveur si particulière du faste extravagant des derniers princes régnants. La précision des détails ressuscite une époque, son odeur, ses couleurs. Javier Moro décrit aussi la décadence et la fin de la domination coloniale en Inde, qui va bientôt s’achever en un bain de sang. L’irrésistible personnalité d’Anita Delgado, fringante Andalouse, libre, pleine d’humour, et en butte aux conventions, donne un souffle hors du commun à ce récit qui a rencontré un formidable succès lors de sa parution en Espagne.

Je commence toujours une biographie en me demandant si je vais me perdre dans une succession de dates et d'événements interminables... Javier Moro ne procède pas de cette façon. L'histoire de l'Inde prend le second plan et laisse beaucoup de place à la dynastie de Rajah Singh et ses multiples femmes, maîtresses et concubines officielles! Dès le départ, nous sommes baignés dans l'opulence de cette richesse à travers les voyages, les bijoux aux pierres précieuses, les palais gigantesques (108 chambres!) et les dépenses extravagantes d'un roi qui ne se refuse rien. Malgré les lois, il prendra une femme européenne, Anita Delgado et luttera pour son intégration difficile au sein de l'État. L'argent ne garantie pas le bonheur et cette danseuse espagnole le réalisera assez rapidement. Je regrette la fin de cette lecture et ses tourbillons de couleurs, odeurs et textures!

5 commentaires:

Mélusine a dit...

Je suis dans une "passe" de romans indiens ou autres de ce genre et période. Merci, je note!

JULES a dit...

Mélusine: moi aussi! :) Qu'as-tu en réserve?
La perte en héritage de Kiran Desai.
Un garçon convenable I et II, Vikram Seth.
Le palais des miroirs, Amitav Ghosh.
Taj, Timeri N. Murari.

Et le Magazine Littéraire #462 était consacré à l'Inde, tu peux peut-être le retrouvé en librairie...

http://www.magazine-litteraire.com/dossiers/dos_462.htm

Naina a dit...

J'ai adoré ce livre. Cela fait déjà un an que je l'ai lu mais c'était vraiment très bien.

Le numéro 462 du Magazine Littéraire était très intéressant. Je l'ai encore pour ceux et celles qui voudraient que je leur liste le contenu.

Karine a dit...

Tentée je suis... ce monde des maharadjas (écrit ici au son... désolée pour les fautes éventuelles) éveille ma curiosité!

Mélusine a dit...

J'ai lu La Splendeur du silence d'Indu Sundaresan (Vingt et un ans après un incident dramatique, survenu en Inde en 1942, une jeune femme, habitant aux États-unis, a la révélation de sa naissance dont elle ignorait les circonstances. ‪[‬SDM‪]) Très bon
Le sang des fleurs qui se situe en Iran d'Anita Amirrezvani (Au 17e siècle, une jeune Persane d'origine pauvre arrive à Ispahan où elle s'initie à l'art du tapis traditionnellement réservé aux hommes. ‪[‬SDM‪]) Très très bon

J'ai en vue : Le palais des miroirs comme toi
Sous un ciel de marbre de John Sors
Il y a aussi L'oiseau du cachemire dont j'ai parlé sur mon blogue (un peu plus romanesque)
Je suis ouverte à d'autres suggestions! Et j'en chercherai d'autres pour vous si ça vous intéresse