dimanche 19 août 2018

Les anges et tous les saints, J.Courtney Sullivan.

« J’aimerais lire, cette année, un roman aussi fort sur la famille mais je ne crois pas en trouver. » Richard Russo.
“L’un des dix meilleurs livres de l’année. Un chef-d’œuvre d’intelligence.” The Washington Post

Dans les années 1950, Nora et Theresa Flynn, âgées de 17 et 21 ans, quittent leur village d’Irlande pour vivre à Boston, aux USA. Nora est la sœur raisonnable et Theresa vit cet exil comme une chance d’émancipation. La grossesse de cette dernière modifie en profondeur la vie des deux jeunes filles.
50 ans plus tard, une mort soudaine rapproche Nora et Theresa. Elles devront affronter les choix faits dans le passé et qui resurgissent soudain. 
 
Le retour de J. Courtney Sullivan après le succès des Débutantes, de Maine et des Liens du mariage avec une roman impressionnant de maîtrise narrative et de sensibilité. 
 
Il y a plus d’une semaine que j’ai terminé ce roman et je ne sais toujours pas comment vous en parler!  Je me rappelle avoir lu Maine de l’auteure et je me souviens aussi que bien qu’il n’avait pas été le livre de l’année pour moi, j’avais beaucoup aimé ses personnages féminins très déterminés! Et c’est un peu cela que j’ai retrouvé avec Nora une jeune irlandaise qui émigre aux États-Unis avec sa petite sœur dans les années 50.
 
Ce roman aborde tellement de sujets : amour maternel, croyances religieuses, homosexualité, adoption, discorde familiale, immigration, coutumes et veuvage pour n’en nommer que quelques-uns.  À travers un petit chapelet de personnages, l’auteure nous fait le portrait de la situation de la femme dans ces années  où la virginité était de mise et où toutes contrevenantes finissaient leur grossesse cachées et honteuses chez les religieuses!  C’est un roman sur le sacrifice, sur la force des liens familiaux et sur l’importance du bien paraître dans une bonne famille.  Nora est au centre de tout le roman qui s’étend sur plus de cinquante ans, elle est le pilier de cette famille aux horizons diversifiés et plus modernes de tout ce qu’elle a pu connaître dans sa propre jeunesse... C'est une femme froide qui mène sa barque sans se laisser entraver par la vie.  J’aime ce genre de personnage, car je suis toujours dans l’attente de voir à quel moment ils finissent par flancher! 
 
Les histoires de J Courtney Sullivan sont dépourvues de sensations fortes, mais vous trouverez votre bonheur si vous aimez les histoires de famille jamais simples!  Sans être une toile d’araignée qui s’étire sans fin, chaque personnage a son petits lots de soucis, mais tous plausibles sans jamais avoir l’impression que le sort s’abat toujours sur les mêmes! C’est juste que la vie, c’est la vie et qu’il faut traverser le pont lorsqu’on y arrive… et Nora rame souvent très fort pour ne pas couler!
 

4 commentaires:

choup a dit...

J'avais beaucoup aimé Maine! je note celui-ci, même si je sais déjà que je ne le lirai pas avant longtemps, tant j'ai de lectures "prioritaires"!! ;)

FLaure a dit...

Ta chronique donne très envie de plonger (à défaut de piscine) dans ce livre. Merci pour ce partage.
Bonne semaine, FLaure

Alex Mot-à-Mots a dit...

Pourquoi pas, j'avais bien aimé Maine.

Jules a dit...

Choup: on a toutes le même problème t'inquiète! :)

FLAure: bonne baignade... euh lecture!!

Alex: pourquoi pas!