mardi 17 février 2015

Double identité...

Le mur mitoyen de Catherine Leroux paru en septembre 2013 chez Alto (également paru en format poche CODA en octobre 2014) est maintenant disponible en France sous le titre Le guide des âmes perdues chez Denoël.  C'est un roman que je vous conseille peu importe où que vous soyez! Ce roman s'est mérité le Prix France-Québec. 
 
Au Québec, chez Alto.
 
Madeleine parle toute seule, même quand elle a de la compagnie. Lorsque son fils revient avec une demande qui bouleverse sa vie, elle comprend à qui elle s’adresse quand elle ne parle à personne.
 
En se serrant la main pour la première fois, Ariel et Marie s’évanouissent. Des années plus tard, ils sont mariés, Ariel est à la tête d’un pays en déroute et ils sont sur le point de défaillir de nouveau.
 
Entre deux tremblements de terre, Simon et Carmen  tentent de poser à leur mère la question la plus ancienne de leur existence. La réponse qu’elle leur livre malgré elle crée entre eux une fracture digne de la faille de San Andreas.
 
Et quelque part dans le sud des États-Unis, deux petites filles déposent un sou sur le rail d’une voie ferrée.
 
Entre ces personnages, Catherine Leroux dessine une cloison fine comme un brin d’impossible qui tantôt sépare, tantôt unit, estompant la frontière entre les  secrets, la vérité et l’inouï. Une histoire où l’on frappe trois coups sur un mur pour entendre en retour un mystérieux toc toc toc.
 
En France, chez Denoël.
 
Quelle est notre vraie famille? Est-il possible de la choisir? À travers le destin de quatre duos, Catherine Leroux interroge la naissance de l'amour et de l'amitié.

Un après-midi dans le sud des États-Unis, deux fillettes se promènent le long d'une voie de chemin de fer. Dans leur maison au nord de l'Atlantique, Madeleine et son fils découvrent, à l'occasion d'un examen médical, qu'ils constituent un cas scientifique exceptionnel.  Non loin de là, Ariel et Marie forment un couple très uni. Ils évoluent dans un milieu politique féroce où la révélation de leurs origines va bouleverser leur vie. Sur la côte californienne secouée par les séismes, Simon et Carmen apprennent l'identité de leur père. Ils comprennent alors que la vérité est parfois plus douloureuse que le mensonge.  Entre ces personnages, l'auteur dessine une cloison fine qui tantôt sépare, tantôt unit, estompant les frontières entre les secrets, la vérité et l'inouï. Inspiré de cas réels extraordinaires, Le Guide des âmes perdues est un roman choral lumineux qui touche l'essence des sentiments.
 
Mon billet ici.  Je vous conseille fortement de lire également La marche en forêt qui est tout aussi savoureux.

8 commentaires:

Suzanne a dit...

Mais pourquoi changer et le titre et le résumé sirop?!! Ça me dépasse. Les mots utilisés de l'édition Alto sont si incompréhensibles que ça?
Denoël ne pouvait s'en tenir à la parution originale? Et je ne parle pas de la Jaquette!!!
Je n'en reviens pas et ça me choque.

Marie-Claude Rioux a dit...

Mmm il m'a échappé celui-là. Je le note.
Je partage le commentaire de Suzanne. Ça me dépasse aussi!

Jules a dit...

Suzanne et Marie-Claude: il faudrait que je pose la question à l'éditeur! :)

Grominou a dit...

Peut-être que l'expression «mur mitoyen» n'est pas utilisée en France? J'avoue que cela m'intrigue aussi!

Anne a dit...

C'est dommage de changer le titre (comme La petite et le vieux, de Marie-Renée Lavoie, titre qui a été jugé à relents pédophiles en France !! non mais tu te rends compte) et a été transformé en "Monsieur René et moi")Ceci dit, ce Mur mitoyen est un superbe roman et j'ai hâte de lire La marche en forêt, tout bientôt ! (Si, si, Grominou, on connaît l'expression "mur mitoyen")

Jules a dit...

Grominou: comme dit Anne, je crois bien que mur mitoyen existe en France!

Anne: Monsieur René et moi... hum on dirait une prostituée et son souteneur... guère mieux!! :p

Alex Mot-à-Mots a dit...

J'avais beaucoup aimé La marche en forêt. Je préfère la couverture d'origine de celui-ci.

Jules a dit...

Alex: je crois que nous aussi préférons l'originale! :P