samedi 29 novembre 2008

Suite française, Irène Némirovsky.

Écrit dans le feu de l'Histoire, Suite française dépeint presque en direct l'exode de juin 1940, qui brassa dans un désordre tragique des familles françaises de toute sorte, des plus huppées aux plus modestes. Avec bonheur, Irène Némirovsky traque les innombrables petites lâchetés et les fragiles élans de solidarité d'une population en déroute. Cocottes larguées par leur amant, grands bourgeois dégoûtés par la populace, blessés abandonnés dans des fermes engorgent les routes de France bombardées au hasard… Peu à peu l'ennemi prend possession d'un pays inerte et apeuré. Comme tant d'autres, le village de Bussy est alors contraint d'accueillir des troupes allemandes. Exacerbées par la présence de l'occupant, les tensions sociales et les frustrations des habitants se réveillent…

Roman bouleversant, intimiste, implacable, dévoilant avec une extraordinaire lucidité l'âme de chaque Français pendant l'Occupation, enrichi de notes et de la correspondance d'Irène Némirovsky, Suite française ressuscite d'une plume brillante et intuitive un pan à vif de notre mémoire.

Un talent de raconteuse indéniable, des mots choisis et un style impécable. J'ai aimé l'auteure, un peu moins le sujet traité: la guerre! Comme toujours, je suis réticente à tous ces livres qui nous répètent en boucle ces événements malheureux. Malgré le traitement différent avec un ton parfois humoristique et l'abstraction de scènes violentes, il reste que l'invasion des Allemands en France en est le sujet principal. Elle nous les rend quasiment aimable et pousse jusqu'à nous faire vivre de bons moments entre les femmes laissées à elles-mêmes et ces soldats blonds.

"Elle préférait même les silences qui tombaient entre eux ou le rire de Lucile (rire! lorsqu'on a un mari prisonnier!... dévergondée, femelle, âme basse!). Tout valait mieux que la musique, car la musique seule abolit entre deux êtres les différences de langage ou de moeurs et touche en eux quelque chose d'indestructible."
(p.474)

Tous ses personnages sont attachants, et cela, dans les deux camps. Si elle avait su qu'elle serait victime de cette occupation, aurait-elle dressé un aussi beau portrait de l'ennemi? Peut-être que oui parce qu'ils sont, à la base, des humains et de simples hommes luttant pour leur croyance... Némirovsky semble avoir un faible pour les âmes, qu'ils proviennent de bourgeois gâtés, de soldats ou de femmes esseulées... Cette femme, je crois, a été éternellement optimiste. Je dis cela sous toute réserve, car je n'ai pas lu l'annexe qui accompagne le texte. Je préfère m'abstenir pour ne pas brouiller l'image de cette auteure-héroïne...

16 commentaires:

réjean a dit...

J'avais beaucoup aimé la première partie de ce livre qui raconte la fuite des Parisiens, si je me souviens bien. J'avais trouvé que le souffle épique était très fort.

Jules a dit...

Réjean: tout à fait! C'est une auteure que j'aimerais découvrir plus en profondeur, mais j'ai peur qu'elle tourne autour du même sujet!

réjean a dit...

Personnellement, je n'ai pas poursuivi l'exploration de cette oeuvre. Par contre, je ne crois pas qu'elle parle seulement de la guerre dans ses autres livres. Peut-être que d'autres blogueurs qui la connaissent pourraient nous confirmer ça.

Malice a dit...

Oui Réjean a raison d'Irène Némirovsky : j'ai lu Suite française et d'autres voir ici :
http://livresdemalice.blogspot.com/search/label/N%C3%89MIROVSKY%20IR%C3%88NE

Jules a dit...

Malice: merci!

Karine :) a dit...

C'est un roman qu'on me conseille depuis un moment... Plus ça va, plus je m'habitue à ce sujet que j'évitais comme la peste il n'y a pas si longtemps...

Jules a dit...

Karine: tu aimerais son style! Elle fait même de l'humur malgré tout, il faut le faire!!

Aifelle a dit...

Je ne me souviens pas de tant d'amabilités envers les occupants, elle a toujours été lucide sur ce qui allait se passer. J'ai beaucoup aimé ce livre. J'en ai lu 4 autres, qui ne traitent pas de la guerre mais de la période de l'entre-deux guerres et des familles bourgeoises. Elle avait une relation catastrophique à sa mère et c'est souvent présent dans ses romans.

Jules a dit...

Aifelle: tu me donnes le goût de jeter un coup d'oeil sur le reste de son oeuvre!

Flo a dit...

Je l'ai lu il y a un certain temps mais j'en garde un très bon souvenir , notamment sur le caractère de certains personnages !

Nag a dit...

Contente de découvrir ton blog! J'ai lu pas mal de romans que tu as commenté, je suis contente! En général, je ne me reconnais pas trop dans les blogs des autres, je lis trop d'auteurs "classiques" (bien que contemporains). je reviendrais y faire un tour...

Jules a dit...

Flo: en général, c'est un livre très apprécié! Je pense avoir lu qu'une seule critique négative!

Nag: bienvenue chez moi! :p

Joelle a dit...

Je n'ai pas lu celui-ci mais "Le bal" ne parle pas du tout de la guerre ... il te plairait sûrement !

Alwenn a dit...

Je viens d'avoir un gros coup de coeur avec "Chaleur du sang". Du coup, j'ai vraiment envie de découvrir Irène Némirovsky davantage. Il faudra que je le lise !

Jules a dit...

Joelle et Alwenn: je note vos suggestions!

sylvie a dit...

j'ai beaucoup aimé lire ce livre lorsqu'il est sorti. Je n'ai pas fait de billet dessus parce que je n'avais pas de blog à l'époque, et que je ne rédigeais pas de "notes de lecture"... Mais c'est un très bon souvenir de lecture. Un peu déchirant quand même, surtout quand on connait le destin de l'auteur.