mercredi 1 août 2018

La fille du roi des marais, Karen Dionne.

Enfin, Helena a la vie qu’elle mérite  ! Un mari aimant, deux ravissantes petites filles, un travail qui occupe ses journées. Mais quand un détenu s’évade d’une prison de sa région, elle mesure son erreur  : comment a-t-elle pu croire qu’elle pourrait tirer un trait sur son douloureux passé  ?
Car Helena a un secret  : elle est l’enfant du viol. Sa mère, kidnappée adolescente, a été retenue prisonnière dans une cabane cachée au fond des marais du Michigan, sans électricité, sans chauffage, sans eau courante. Née deux ans plus tard, Helena aimait cette enfance de sauvageonne. Et même si son père était parfois brutal, elle l’aimait aussi… jusqu’à ce qu’elle découvre toute sa cruauté.

Vingt ans après, elle a enfoui ses souvenirs si profondément que même son mari ignore la vérité. Mais aujourd’hui son père a tué deux gardiens de prison et s’est volatilisé dans les marais, une zone qu’il connaît mieux que personne. Malgré la chasse à l’homme lancée par les autorités, Helena sait que la police n’a aucune chance de l’arrêter. Parce qu’elle a été son élève, la seule personne capable de retrouver cet expert en survie, que la presse a surnommé Le Roi des Marais, c'est sa fille.
 
Helena a grandi dans les marais.  Son père a enlevé sa mère lorsqu’elle avait 14 ans pour la faire vivre auprès de lui dans une région éloignée du Michigan.  Dans les marais, Helena est élevée à la dur auprès d’un père prêt à la faire souffrir pour son éducation.  Au début du roman, nous retrouvons donc cette jeune femme qui est maintenant mère de famille. Avec son conjoint Stephen, ils ont deux petites filles.  Tous ignorent son passé et ne connaissent rien de cet homme méchant et égocentrique qu'est son père… jusqu’au jour où il refait surface.  Et là, je vous dis, la tension monte d’un cran!  Helena n’a rien oublié de son éducation en pleine forêt et c’est avec agilité qu’elle traque cet homme dangereux afin qu’il ne s’approche pas de sa famille.
 
Si vous êtes claustrophobes, oubliez ce roman.  Pratiquement tout le long du livre, nous sommes plongés en pleine forêt et dans les marais.  On y apprend beaucoup de choses sur le milieu, la chasse et la culture des Amérindiens.  Oubliez les balades en ville, sortez plutôt vos fusils de chasse et votre huile à mouche! Ici, pas d’électricité et pas de réseau.  Les journées sont remplies de corvées autour de la cabane.  Ramassage de petits fruits, tournée des collets pour le petit gibier, couture pour l’hiver, on y vit comme au 19ieme siècle.  Oubliez aussi votre douche quotidienne et vos repas équilibrés.  Quand il n’y a plus de sel, il n’y a plus de sel et quand c’est un ours qui se présente sur votre perron, il y a de fortes chances qu’il se retrouve dans votre assiette! Ce qui m’étonne de ce roman, c’est que j’aurais pensé qu’il aurait été écrit par un chasseur d’expérience, mais il s’agit plutôt d’une femme d’un certain âge qui en est l’auteure.  Je suis impressionnée, vraiment! Après avoir lu un roman dans les rues de New York, celui-ci dépayse pas mal!
 
J’ai beaucoup aimé ce thriller psychologique car même si cet homme a été accusé d’enlèvement et de viol, il demeure un père pour Helena qui a beaucoup appris auprès de lui.  Ignorant la nature de la relation entre son père et sa mère, celle-ci est constamment partagée entre le respect et la haine pour cet homme qui n’est pas toujours doux avec elle.  Jusqu’à la fin du roman, elle est tiraillée et cela ajoute beaucoup au suspense!
 
J’avais lu beaucoup de bons commentaires sur ce roman et je ne suis pas du tout déçue!
 

ISBN: 9782709659215

3 commentaires:

FLaure a dit...

Je ne sais pas si tu as lu ma chronique publiée en avril 2018, mais comme toi j'ai été séduite par ce livre. Voilà ce que je disais en conclusion : "Un livre qui nous touche, nous perturbe, nous captive." et je l'avais noté d'un beau 8/10.
Belle journée, FLaure

Alex Mot-à-Mots a dit...

Une lecture qui n'est pas pour les claustrophobes, tu as raison.

Jules a dit...

FLaure: Non je n'avais pas lu, mais je suis passée! Tu fais des billet très complet, c'est vraiment intéressant!

Alex: merci! :)